Centre d'Informatique Juridique
Accueil |
Contacts |
Relations Int. |
Signet |
Courriel
ع
|En
|Fr





Bulletin

Concours d'entrée
Concours d'entrée aux différentes facultés de l'Université Libanaise pour l'année académique 2022-2023
Support - Informatique 
Vous pouvez télécharger plusieurs logiciels libres de cette section.
+Détails
11/6/2019 - Le procureur général financier, le juge Ali Ibrahim, ardent partisan de l'Université Libanaise en tant qu'institution nationale, appelle à la levée des « immunités communautaires »

    

 

Pour définir ses liens avec l'Université Libanaise (UL) dans laquelle il a étudié et où il enseigne actuellement, le juge Ali Ibrahim a déclaré traiter les affaires judiciaires de l'université en tant que partisan de cette institution nationale et non en tant que procureur général financier.

 

Dans une interview accordée au site Internet de l’UL, le juge Ali Ibrahim qui se souvient parfaitement de ses études au sein de la Faculté de Droit et des Sciences Politiques et Administratives (FDSPA), a déclaré y avoir étudié à l’époque où elle se situait encore dans le quartier de Sanayeh, foyer de toutes les classes et communautés sociales et des jeunes même durant les jours de congé.

 

Au cours de ses études à l'UL, le juge a obtenu une licence en droit en 1980, un diplôme en droit public en 1982, un diplôme en droit privé en 1984 et un doctorat en droit en 1990, date à partir de laquelle, il a commencé à enseigner au sein de la faculté.

 

Au cours de l’interview, le juge Ibrahim s’est remémoré ses professeurs Moustapha Al-Awji, Nicolas Aswad et Atef Al-Naqib, ainsi que ses anciens camarades de classe Nabil Wehbé, procureur général du Liban-Nord, et Rima Chbaro, présidente de la Cour d'appel du Mont-Liban.

 

Le juge Ali Ibrahim, également président de la Caisse mutuelle des magistrats au Liban, et dont les trois enfants sont aussi diplômés de la FDSPA, est un adepte inconditionnel de l’UL et de son niveau d’excellence.

 

Connu pour son ouverture à l’égard des médias, attitude inhabituelle de la part du pouvoir judiciaire libanais, le juge a déclaré que l'opinion publique est en droit d’être informée et d’être habituée à l’idée que les instances judiciaires veillent au traitement et au suivi des dossiers qui sont entre de bonnes mains.

 

D’ailleurs, le juge a mis en relief le rôle-clé des réseaux sociaux dans le processus de transparence, mais estime que la publication des informations médiatiques demeure subordonnée à l'engagement et à la règle de confidentialité judiciaire.

 

Interrogé sur la corruption et la capacité du pouvoir judiciaire à la combattre, le juge Ibrahim a déclaré que seul le pouvoir judiciaire est en mesure de faire face à la corruption à condition de mettre à sa disposition les moyens juridiques nécessaires tels que la levée des immunités confessionnelles.

 

À la fin de l’entretien, le juge a souhaité à l’Université Libanaise de poursuivre sa quête de l’excellence à laquelle nous sommes habitués.




Latest Achievements 1 - 5 de 5 Show All Achievements
Contact Facultés
Magazine de l'U.L
Projets extérieurs
Partenaires
Liens utiles
Description des équipements techniques
Courriel
Responsables du contenu
Aide électronique
Conditions d'admission générales
Join Us


Tous droits réservés © 2018 | Université Libanaise